Note de Synthèse #2: Le métier « responsable formation » en pleine mutation

LinkedIn
Facebook
Facebook
Youtube

Lors de la rencontre des « Insolites RH » courant Octobre sur le thème « Le métier « responsable formation » en pleine mutation », l’équipe AllSetFor a reçu des directeurs et des responsables formation pour discuter de la mutation de leur métier sous la forme d’une table ronde.

Les insolites RH sont une série d’événements ayant pour objectif d’échanger sur des problématiques liées aux RH et à la formation dans des lieux insolites.

Cette fois-ci, « Un Monde Gourmand », restaurant de réinsertion professionnelle, nous a accueillis et nous tenions à les remercier chaleureusement.

Devant le constat que 85% des métiers de 2030 (Dell…) n’existent pas aujourd’hui, l’objectif de cette rencontre était d’échanger sur l’évolution du métier de la formation et de ses enjeux futurs.

Les échanges se sont notamment portés sur des thématiques de mobilité interne, d’importance accrue des compétences, ainsi qu’une réflexion sur le poste de responsable formation, devenant de plus en plus stratégique.

 

85% des métiers de 2030 n’existent pas aujourd’hui !

 

En ce qui concerne la politique de gestion de compétences des entreprises, on voit qu’il y a une réalité disparate. Tout le monde s’accorde à dire que la montée des compétences des collaborateurs est un enjeu majeur, néanmoins on réalise qu’il y a des états d’avancement différents en fonction des entreprises présentes. On réalise non seulement que certaines entreprises prônent l’employabilité des collaborateurs avant tout, mais également que d’autres sont plus pragmatiques et réalisent des formations exclusivement en lien avec des besoins métiers, par ailleurs certains secteurs d’activités sont pour l’instant plus imperméables à ces problématiques.

Cette gestion des compétences s’accompagne d’un volet de mobilité interne. Comme l’a évoqué Géraldine Joubaud chez Coca-Cola, « on prône la mobilité, mais il est crucial de pouvoir l’accompagner ». Un consensus se dégage au sujet de l’accompagnement des collaborateurs comme réponse à des compétences en perpétuelle mutation.

Il ne s’agit pas de recruter pour acquérir ces compétences, mais bien de former pour capitaliser sur ses collaborateurs.

D’ailleurs pour se faire, de nombreuses entreprises mettent en place une politique de GPEC (…) pour créer une expertise sur la problématique en interne.

Les entreprises veulent commencer à anticiper les besoins futurs, être dans l’action plutôt que dans la réaction. On voit avec le cas SAP que cette politique GPEC permet d’une part d’anticiper les nouveaux besoins de l’entreprise (cartographie des compétences internes et évaluation des besoins), et d’autre part de s’attaquer aux grandes problématiques récentes d’employabilité, et de fidélisation des collaborateurs.

L’IA est un outil et pas une solution !

L’intelligence artificielle est au service de ces grands chantiers de la formation, elle n’est pas une fin en soi, Zenika nous le rappelle: “L’IA reste un outil et non une solution”.

Souvent décrite comme la solution miracle et sujette à tous les fantasmes, l’Intelligence artificielle reste un outil qui va permettre d’assister les responsables formation dans l’analyse des compétences existantes et des connaissances manquantes en entreprise en y apportant soit une réponse interne (formation) ou externe (recrutement).

Pour conclure, on réalise que tout cela est instable, les entreprises s’adressent à cette problématique de façons différentes, en fonction des directions et des secteurs d’activités, mais la perçoivent comme un enjeu essentiel. Par exemple, nous voyons que tous les secteurs industriels restent plus sur des formations récurrentes, moins avancées que les secteurs Tech ou hybrides comme Coca-Cola.

Même si nous n’avons pas une vision large et représentative de tous les secteurs, cet événement nous a permis de mieux comprendre les problématiques des RHs en terme de formation, et surtout de leur vision sur l’évolution de leur métier. Même si cette évolution est complexe et dépendante de plusieurs critères, on s’aperçoit clairement que le responsable formation va être de plus en plus au cœur du développement des compétences des collaborateurs et à la croisée des chemins au sein de son entreprise.

La détection des talents est un enjeu majeur des responsables formation

Une des solutions serait que le responsable formation soit garant du pool des compétences pour être le plus agile. La détection des profils interne pour les nouveaux métiers sera cruciale pour des entreprises telles que Coca Cola en utilisant des outils de formation.

Merci encore une fois à tous les intervenants (Coca-Cola, Valéo, SAP, Colas, Total, Triomphe Sécurité, Cartier, Zenika,Calexa group, …) pour ce débat riche qui nous permet d’affiner notre vision sur l’évolution du poste de responsable formation.

Si vous souhaitez être notifié de la prochaine réunion « Insolites RH », n’hésitez pas à nous donner vos coordonnées en cliquant sur ce lien: Inscription Newsletter Insolites RH

 

 

 

LinkedIn
Facebook
Facebook
Youtube
Comments are closed.